Image default
Finance

PayPal se lance à son tour dans les prêts aux entreprises en France



Les frontières entre le secteur bancaire et les acteurs du paiement ne cessent de s’estomper. Quelques semaines après le géant européen des paiements Adyen, c’est au tour de l’américain PayPal de proposer un service de financement aux entreprises françaises qui utilisent ses solutions de paiement.

Intégré à sa plateforme dédiée aux TPE/PME, PayPal Financement Pro promet aux entreprises qui le souhaiteraient de pouvoir « obtenir un financement en seulement quelques minutes » associé à « des remboursements adaptés à leur activité » afin de « faciliter leur croissance », assure le communiqué du groupe.

« Nous avons sondé nos clients, ils nous ont fait part de leurs difficultés pour obtenir un financement auprès des prêteurs traditionnels, explique aux « Echos » Doug Bland, vice-président en charge du crédit chez PayPal. Parmi les obstacles, ils citent les difficultés à répondre aux exigences des institutions financières, la longueur du processus ou encore les documents à fournir. »

Pas de taux d’intérêt

Comme Adyen, Stripe ou encore Amazon, la promesse de PayPal repose sur l’obtention d’un montant allant jusqu’à 160.000 euros maximum en à peine quelques clics, sans passer par la case rendez-vous avec un conseiller. Ce service est déjà disponible aux Etats-Unis depuis 2013, mais également en Australie et en Allemagne depuis 2018. Au total, le groupe assure avoir réalisé 1,2 million de prêts dans le monde pour un montant de 22 milliards de dollars.

Pour conquérir le marché du financement des petites entreprises, PayPal a décidé de ne pas appliquer de taux d’intérêt sur ces prêts et privilégie un coût fixe calculé pour chaque entreprise. « Nous n’avons pas d’intérêt à mettre nos clients en difficulté, justifie Doug Bland. Nous bénéficions de la croissance de nos clients car cela signifie qu’ils réalisent plus de chiffre d’affaires et donc plus de transactions. » Le groupe dit ne pas appliquer non plus de pénalité en cas de retard de remboursement.

« Il faut se méfier avec cette notion de coût fixe, car cela peut en réalité représenter un taux effectif important », confie un acteur du secteur. Dans le marché du mini-prêt aux particuliers, plusieurs sociétés ont ainsi été rappelées à l’ordre par le régulateur pour des frais fixes qui en réalité représentaient un taux excessif.

Grignoter le marché des banques

Avec cette offre de financement, PayPal grignote lui aussi un marché qui jusqu’à présent était quasi exclusivement aux mains des banques. « Nous sommes connectés à 34 millions d’entreprises dans le monde, dont 10,4 millions en Europe, souligne Francis Barel, directeur France PayPal. Nous connaissons leurs besoins et nous savons comment leur apporter. »

Les acteurs du paiement comme PayPal et ses concurrents disposent en effet d’une véritable mine d’informations sur la santé de leurs clients puisqu’ils gèrent pour eux leurs rentrées et sorties d’argent. « Ils connaissent leurs ventes, leurs revenus, la saisonnalité de leur activité, énumère Patrice Bernard, spécialiste de l’innovation bancaire. Ce sont des informations extraordinaires pour être en amont des besoins des entreprises. »



Source link

Autres articles

Cloud bancaire : les banques européennes avancent leurs pions

administrateur

En Italie, Crédit Agricole lance son offre sur Creval

administrateur

Football : comment les stars du ballon rond sont assurées

administrateur

Les marchés émergents retrouvent les faveurs des investisseurs

administrateur

La Banque Postale attend l’accord de Bruxelles pour sa mission de service public

administrateur

Solutions 30 porte plainte pour diffamation

administrateur