Image default
Finance

Pétrole : Biden sonne la charge contre l’Opep



Publié le 23 nov. 2021 à 15:21Mis à jour le 23 nov. 2021 à 15:23

Joe Biden passe à l’attaque pour tenter de faire baisser les cours du pétrole. Le président américain a annoncé mardi la mise sur le marché de 50 millions de barils de brut issus des réserves stratégiques des Etats-Unis. Une mesure exceptionnelle, mais qui a déjà été mise en oeuvre par le passé.

Ce qui est inédit en revanche, c’est que cette action est coordonnée avec d’autres grands pays consommateurs de pétrole. La Chine, l’Inde, le Japon, la Corée et le Royaume-Uni vont eux aussi puiser dans leurs réserves pour augmenter l’offre disponible et détendre les marchés à court terme, a annoncé la Maison Blanche.

Forte remontée des prix.

« Les consommateurs américains ressentent l’impact du prix élevé de l’essence à la pompe et dans leur facture de chauffage, de même que les entreprises, parce que l’offre de pétrole n’a pas suivi la demande alors que l’économie mondiale se relève de la pandémie », relève le communiqué de Washington. Le retour de l’inflation outre-Atlantique , en particulier dans le secteur de l’énergie, met le président américain en difficulté.

Joe Biden vise, sans la nommer, l’Opep. Le cartel de pays exportateurs et ses alliés menés par la Russie ont refusé, pour l’instant, de modifier leur programme de production en dépit de la forte remontée des prix du pétrole. Le baril de Brent est monté au-dessus de 85 dollars le mois dernier. Il s’échangeait autour de 80 dollars mardi après-midi, en hausse de 55 % depuis le début de l’année.

Naissance d’une « anti-Opep »

Les 23 pays alliés, qui représentent la moitié de l’offre mondiale, augmentent leur production, mais très progressivement. Joe Biden les a appelés à desserrer plus largement les robinets, sans être entendu.

L’action coordonnée des Etats-Unis et d’autres grands pays consommateurs « marque la naissance officielle d’une « anti-Opep », estime Louise Dickson, analyste du cabinet Rystad Energy, dans une action « non conventionnelle et sans précédent ». Il s’agit selon elle d’une « tentative de dernier recours » pour faire baisser les prix du pétrole, Joe Biden ayant échoué à influencer l’Opep et la Russie depuis l’été dernier.

Sommet Biden-Xi

L’annonce de la Maison Blanche n’a pas eu de réel impact sur les cours dans l’immédiat – le Brent était même en hausse de plus de 1 % mardi en milieu d’après-midi. Le recours aux réserves stratégiques était attendu par les marchés, et Pékin avait déclaré être prêt à agir de même à l’issue du sommet Joe Biden-Xi Jinping la semaine dernière . Il s’agit de toute façon d’une mesure de court terme, car les réserves stratégiques devront ensuite être reconstituées.

Plus d’informations à suivre…



Source link

Autres articles

Assurance-emprunteur : les indemnisations au coeur des réclamations des clients

administrateur

Au Royaume-Uni, les autorités prêtes à bloquer les fermetures d’agences bancaires

administrateur

Lisa Su, première femme PDG la mieux payée au monde

administrateur

Inébranlables, les places boursières mondiales continuent de grimper

administrateur

Salaires : vers un gel des augmentations collectives chez BNP Paribas

administrateur

Les « Barbares de Wall Street » passent la main chez KKR

administrateur