Image default
Economie

Pour Bruno Le Maire, les gagnants du quinquennat Macron sont «les Français qui travaillent»


Interrogé par Sud Radio ce mercredi matin, le ministre de l’Économie a défendu son bilan notamment en matière d’augmentation du pouvoir d’achat.

Les plus pauvres sont-ils les grands perdants des mesures économiques prises durant le quinquennat d’Emmanuel Macron ? C’est la conclusion d’une étude de l’Institut des politiques publiques (IPP) parue mardi soir, étude sur laquelle Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, a longuement été interrogé ce mercredi matin sur Sud Radio. Sans grande surprise le patron de Bercy s’est défendu de faire partie d’un gouvernement tourné vers les plus riches uniquement, et a répété à l’envi qu’Emmanuel Macron était surtout le président des «Français qui travaillent».

«Les gagnants, ce sont les Français qui travaillent», a donc insisté le ministre de l’Économie. Et de lister les mesures prises en faveur des salariés, dont la revalorisation de la prime d’activité ou la suppression de certaines cotisations sociales. Confronté toutefois aux résultats de l’étude de l’IPP qui montrent que les 5% des Français les plus pauvres ont vu leur niveau de vie s’étioler de 0,5% durant le quinquennat, Bruno Le Maire a regretté que ces données n’incluent pas certaines mesures prises pour les Français les plus modestes. Il a notamment cité le récent revenu d’engagement, l’indemnité inflation ou encore le remboursement à 100% des soins dentaires et des lunettes. «Cela tempérerait» les conclusions de l’étude, a-t-il assuré.

Vigilant sur l’inflation

Bruno Le Maire a par ailleurs assuré qu’il restait «très vigilant» au sujet d’une envolée de l’inflation, même s’il a rappelé sa conviction que celle-ci était «temporaire, tirée par la reprise d’activité dans certains coins du globe». «Notre responsabilité est de protéger les Français contre cette hausse des prix», a ajouté le ministre. Il a ensuite assuré que des augmentations de salaires étaient souhaitables, mais seulement «quand il y a tensions sur le recrutement», comme dans les métiers de la restauration qu’il faudrait «rendre plus attractifs».

Bruno Le Maire a également défendu son bilan sur le front de la fiscalité d’entreprise, avec notamment un la baisse des impôts de production de 10 milliards d’euros, et de l’IS à 25%. Concernant les impôts de production, il s’est dit «tout à fait ouvert» à de nouvelles baisses dans les années qui viennent. Enfin, sur un possible reconfinement lié à la reprise de l’épidémie, Bruno Le Maire s’est montré volontairement grave : «Nous devons tout faire pour éviter de nous retrouver dans la situation où nous étions l’an dernier, a-t-il dit. On a qu’une envie, c’est que nos commerçants puissent ouvrir leurs magasins, [c’est de voir des] restaurants pleins, des hôtels qui accueillent [des clients]…»



Source link

Autres articles

Air Caraïbes et Corsair plongent aux Antilles

administrateur

un restaurant parisien à l’honneur dans la série Netflix

administrateur

BioNTech mise sur l’Asie pour doper sa production

administrateur

le brut américain au plus haut depuis 2014 après un désaccord à l’Opep+

administrateur

Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile

administrateur

que faire en cas de perte du certificat de rétablissement?

administrateur