Image default
Economie

près de 10 millions d’annonces retirées en trois mois pour contrefaçon


D’après l’association Unifab, 37% des consommateurs ont déjà acheté un produit contrefait en ligne, un chiffre inchangé depuis 2018.

Les annonces trompeuses continuent de foisonner sur les sites de vente en ligne. Près de 10 millions d’annonces de produits de contrefaçon ont été retirées de la vente en ligne entre juillet et octobre 2021, a annoncé mercredi l’association Unifab à l’issue d’une enquête auprès de ses adhérents. Prix séduisants, livraisons express… Les offres alléchantes de produits contrefaits sont d’autant plus difficiles à éviter qu’elles concernent touchent tous les types de produits et tous les secteurs.

L’Union des fabricants (Unifab), qui regroupe 200 fabricants de tous les secteurs et des fédérations professionnelles engagées dans la lutte contre la contrefaçon, a recensé exactement 9.892.493 annonces retirées par un échantillon de 26 entreprises de différents secteurs (maroquinerie, prêt-à-porter, pharmacie, équipements automobiles…), a-t-elle indiqué dans un communiqué. Cela porte à plus de 27,7 millions le nombre d’annonces illicites retirées au cours des onze derniers mois.

Contrefaçon et criminalité organisée

Selon l’association Unifab, l’essor du e-commerce pendant la pandémie a directement mené à cette «intensification de l’offre de faux produits», à 80% en provenance de Chine. Pour autant, un chiffre resterait inchangé depuis 2018: celui du nombre de consommateurs qui auraient déjà acheté un produit contrefait sur internet, estimé à 37% selon une étude IFOP réalisée pour Unifab. «Pour protéger nos concitoyens, il est désormais très urgent de les informer et de collaborer avec le législateur afin qu’il prenne conscience des enjeux économiques, sociétaux, environnementaux et sécuritaires que la consommation de contrefaçon engendre», a déclaré Christian Peugeot, président de l’Unifab, cité dans le communiqué.

Véritable danger pour la santé et la sécurité des consommateurs mais pas seulement, le marché de la contrefaçon cache aussi des liens étroits avec des réseaux criminels organisés financés par la vente de ces produits. L’OCDE estime à 3,3% du commerce mondial le fléau de la contrefaçon et à plus de 100 milliards d’euros perdus en Europe. Pour lutter contre le lien entre contrefaçon et «criminalité organisée», Unifab lance une campagne de sensibilisation régionale grâce à un affichage urbain, ainsi qu’une page web dédiée sur les réseaux sociaux avec comme point de départ la ville de Lyon, particulièrement touchée par la vente de faux produits en ligne, sur les réseaux sociaux, mais aussi en physique.

À VOIR AUSSI – Belgique: saisie de 20 millions de cigarettes de contrefaçon destinées à la France

Plus de risques à l’approche des fêtes

Si tous les produits vendus en ligne sont ciblés, les professionnels en lutte contre la contrefaçon appellent particulièrement à la vigilance à l’approche des fêtes de fin d’année. L’association lance également une campagne de sensibilisation pour le Black Friday, en partenariat avec l’Institut national de la propriété industrielle, le Comité national anti-contrefaçon, la Douane et la Gendarmerie. Elle met notamment à disposition des consommateurs sur son site des conseils pour éviter les contrefaçons, ainsi qu’un quiz sur le sujet.

Cette campagne survient alors qu’une proposition de loi «visant à moderniser la lutte contre la contrefaçon» a été déposée par Pierre-Yves Bournazel (Agir) et Christophe Blanchet (MoDem) et doit être examinée ce mercredi en Commission des lois à l’Assemblée nationale. D’après les rapporteurs du projet de loi, l’ampleur du marché de la contrefaçon serait, selon une estimation de la Cour des comptes, responsable en 2019 «de 10 milliards d’euros de pertes fiscales pour l’État et de plus de 40 000 emplois détruits chaque année». La proposition de loi propose notamment la création d’une structure de coordination de la lutte contre la contrefaçon animée par un délégué interministériel, ou encore l’expérimentation pour cinq ans d’une chambre juridictionnelle dédiée aux litiges du commerce en ligne.



Source link

Autres articles

Quel délai de réflexion après avoir reçu une offre de crédit ?

administrateur

Sanofi servira les États-Unis en premier s’il trouve un vaccin

administrateur

La fin de la trêve hivernale inquiète des associations

administrateur

des performances étonnantes pour un format réduit

administrateur

Macron choisit la députée Laure de La Raudière à la tête de l’Autorité de régulation des télécoms

administrateur

Trump annonce qu’il va interdire TikTok aux États-Unis

administrateur