Image default
Economie

pressées par le gouvernement, les entreprises se remobilisent pour faire respecter les gestes barrières


Le ministre de la Santé n’a pas annoncé de mesure de renforcement du télétravail ce jeudi, mais a appelé à faire preuve de davantage de vigilance.

Aucune mesure de renforcement du télétravail n’a été annoncée par Olivier Véran ce jeudi midi, le ministre de la Santé s’est contenté pour le moment d’insister sur la nécessité de respecter le protocole sanitaire. «Je veux parler des gestes barrières, du masque et de l’aération. Des mesures pour lesquelles un relâchement compréhensible quand le virus circulait moins, est constaté. Nous devons collectivement nous ressaisir», a-t-il déclaré. Lundi, la ministre du Travail Élisabeth Borne avait déjà fait un premier rappel à l’ordre à l’attention des entreprises.

Ce constat de relâchement dans le respect des gestes barrières est fait par les entreprises elles-mêmes. « Depuis plusieurs mois, on remarque un certain laisser-aller. Même en open-space, on n’est plus du tout obligés de porter le masque à notre bureau. On se parle aussi de manière assez proche, sans respecter une certaine distanciation », décrit Lucas, conseiller en relations publiques. Une réalité confirmée par Emeline Bernard, directrice générale chez WMH Project, en charge de l’intégration et RH. « Ça s’est un peu relâché parce que les gens ont envie d’être ensemble », reconnaît-elle.

Mais depuis que les contaminations repartent à la hausse et que la France est entrée dans la cinquième vague, la donne a changé et la vigilance est de retour. « Depuis une dizaine de jours, les managers rappellent les gestes barrières à leurs collaborateurs. Les salariés font eux-mêmes plus attention, ils mettent plus rapidement le masque en arrivant dans le bâtiment par exemple », décrit Cécile Deman-Enel, DRH chez Allianz.

Les équipes dirigeantes et de ressources humaines sont sur le pont pour rappeler l’ensemble des gestes barrières aux salariés et leur importance. « Nous envoyons encore plus régulièrement des messages de prévention et d’information aux équipes en leur demandant d’être tous responsables et de faire attention », affirme Emilie Bernard de WMH Project.

La question du télétravail se pose quand même

Pierre Antonini, associé et DRH de l’entreprise d’une trentaine de salariés Stanton Wallace, a également mis en avant la question de la survie de l’entreprise auprès de ses salariés. « Par mail, on leur a rappelé l’importance de la dimension sanitaire mais aussi opérationnelle car si nous avons un cluster de personnes malades au sein de l’entreprise, cela remettra en question notre capacité à honorer les demandes de nos clients. On est aussi les garants de la pérennité de l’entreprise », revendique-t-il. Et même si le renforcement du télétravail n’a pas été demandé par le gouvernement, certaines entreprises réfléchissent à cette éventualité. «On se pose quand même la question d’augmenter le nombre de jours de télétravail par semaine», explique Pierre Antonini de Stanton Wallace. Pour le moment, chaque salarié peut télétravailler deux jours par semaine dans cette entreprise.

Le ministre de la Santé a par ailleurs rappelé l’importance d’aérer les pièces, notamment lors des réunions en physique. « Si vous avez une réunion qui dure une heure, vous prenez la peine d’ouvrir une fenêtre même s’il fait un peu froid, c’est vivifiant. Vous ouvrez dix minutes la fenêtre pour réduire le risque de contamination », a-t-il expliqué ce jeudi. Pour les salles de réunion ne disposant pas de fenêtres, des systèmes de jauge peuvent être utilisés par les entreprises.

Pour compléter l’application de ces mesures, quelques changements concrets vont être prochainement demandés. En effet, le ministère du Travail a fait savoir ce jeudi que le protocole sanitaire national en entreprise va légèrement évoluer, notamment en ce qui concerne les règles en matière de restauration collective et l’organisation de moments de convivialité. Au sein de la restauration collective, en l’absence de passe sanitaire, le retour à la règle de deux mètres entre chaque personne à table est envisagé. Les moments de convivialité ne sont quant à eux «plus recommandés». «S’ils sont tout de même organisés, ils doivent se faire dans le respect des gestes barrière, et notamment de la distance de deux mètres entre chaque personne lorsque le port du masque ne peut être assuré», a précisé le ministère.



Source link

Autres articles

Le G20 adopte l’accord sur la taxation minimum des multinationales

administrateur

Le «budget masques» peut atteindre 300 euros par mois pour une famille de 4 personnes

administrateur

les deux complices présumés de la fuite de Ghosn admettent leur rôle

administrateur

Une chute abyssale du pétrole, une petite baisse des prix du gaz

administrateur

Le casse-tête du pass sanitaire dans les centres commerciaux

administrateur

le point sur les annonces de Jean Castex ce soir

administrateur