Image default
Economie

rebond de la fréquentation en 2021, mais toujours en fort recul par rapport à 2019


Pour 2022, le PDG de SNCF Voyageurs Christophe Fanichet se dit «confiant», malgré le variant Omicron. Le trafic reste encore inférieur de 29% à celui d’il y a deux ans.

La fréquentation des trains de la SNCF a rebondi en 2021, avec une progression de 23% par rapport à 2020, mais elle reste de 29% inférieure à celle de 2019 avant la crise sanitaire, a indiqué vendredi le PDG de SNCF Voyageurs Christophe Fanichet. «L’année 2021 a été contrastée», «une année on/off”», a résumé Christophe Fanichet à des journalistes.

«Quand les contraintes sanitaires sont faibles (…), les voyageurs sont là. Et dès l’instant où les contraintes sanitaires sont présentes, les voyageurs sont beaucoup moins nombreux, voire disparaissent.» Ces variations sont «extrêmement rapides», a-t-il expliqué, voyant dans les périodes de «on» (sans trop d’alerte sanitaire) un «appétit de mobilité des Français».

Dans le détail, la hausse de 23% du trafic voyageurs se décline par des progressions de 21% en banlieue parisienne (Transilien), de 23% pour les TER et de 37% pour les grandes lignes (TGV, Ouigo et Intercités; Thalys et Eurostar exclus). Par rapport à 2019 – année qui s’était finie par une grosse grève -, la baisse est de respectivement 34%, 20% et 21%. Si les TGV à bas coût Ouigo sont en progression, un tiers des «pro» (les voyages d’affaires) ne sont pas revenus en première classe. La régularité s’est améliorée sur l’ensemble des trains, a aussi remarqué le PDG.

Réservations en baisse de 20% pour les vacances de février

Pour 2022, Christophe Fanichet se dit «confiant», même s’il reconnaît qu’«il faut être prudent». Le variant Omicron n’a pas eu d’effet sur le trafic pendant les vacances de Noël, mais les réservations ont baissé de 30% depuis la rentrée de janvier – et de 50% pour les «pro» -, avec un taux d’occupation des TGV actuellement autour de 50%.

Les réservations pour les vacances de février sont inférieures de 20% à la normale, selon Christophe Fanichet. La SNCF a en conséquence annulé 10% des TGV et 20% des Intercités. «Nous augmenterons ou nous baisserons nos plans de transport» en fonction de l’intensité de la vague de Covid-19, a-t-il indiqué. Il dit à ce propos n’avoir «aucune alerte» quant à l’impact d’Omicron sur la disponibilité des cheminots.

«Nos deux mantras, c’est de continuer à faire moins cher et plus simple», a souligné Christophe Fanichet. Pour faire «moins cher», la SNCF veut poursuivre dans sa politique de «prix canon» avec des ventes flash, le développement de ses cartes de fidélité et la mise en place d’une formule d’abonnement «TGV Max Senior». Quant à la simplicité, la compagnie compte lancer son application unique SNCF Connect le 25 janvier. Elle va travailler sur des «irritants» tels que la fluidité des trajets en correspondance ou les systèmes d’échange et de remboursement des billets, a promis Christophe Fanichet.



Source link

Autres articles

Air France va engager un plan de départs volontaires

administrateur

Sophie Zhang, le combat de la lanceuse d’alerte qui dénonce l’instrumentalisation politique de Facebook

administrateur

le gouvernement tente de désamorcer la polémique

administrateur

les surprises du palmarès 2021 des vidéos les plus vues en France

administrateur

Elon Musk vend sa «dernière» maison à plus de 37 millions de dollars

administrateur

Sur Twitch, fini la musique sans autorisation

administrateur