Image default
Finance

RTE fait ses premiers pas sur le marché des green bonds



Publié le 7 janv. 2022 à 13:35

C’est une première. Et un moyen de marquer le rôle que Réseau de transports d’Electricité (RTE) entend jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique. L’opérateur du réseau électrique français a émis mercredi un green bond inaugural de 850 millions d’euros.

« Contrairement à la plupart de nos grands homologues européens, nous n’avions pas mis en place de financement vert, hormis quelques prêts de la Banque européenne d’investissement, souligne Laurent Martel, directeur général du pôle finances, achats et risques de RTE. Il nous paraissait important d’être actif sur ce marché, d’autant que nous sommes résolument engagés dans la transition énergétique comme l’a montré le rapport Futurs Energétiques 2050 que nous avons publié en octobre dernier. » Avec cette opération, RTE a donc commencé à rattraper son retard sur le britannique National Grid, l’italien Terna ou l’allemand Tennet.

Pour mettre toutes les chances de son côté, RTE a choisi des projets indiscutablement verts comme bénéficiaires des fonds levés. Deux grandes catégories sont concernées : le raccordement électrique de nouveaux parcs éoliens offshore (notamment à Saint Nazaire, Dieppe-Le Tréport ou Noirmoutier) et l’interconnexion avec les réseaux des autres opérateurs européens. « Cela permet de rendre le réseau électrique européen plus résistant au développement des énergies renouvelables et notamment à leur intermittence », précise Laurent Martel.

Pas de nucléaire

Non seulement ces deux types de projets vont nécessiter des investissements importants – 7 milliards d’ici 2035 pour l’éolien offshore et de 2 à 5 milliards pour les interconnexions -, mais ils étaient également plus faciles à « vendre » aux investisseurs. De même, les gains en émissions de CO2 étaient plus aisément quantifiables. Pas question en revanche – même pour les prochaines obligations – d’inclure des projets pouvant porter à controverse dans l’univers « green », comme le raccordement de nouvelles capacités nucléaires.

Le cadre d’émission des obligations vertes du groupe s’est inspiré des standards de marché, mais aussi de la toute récente taxonomie verte européenne , plus exigeante. Il a été vérifié par l’agence de notation environnementale Vigeo Eiris. Une évaluation de l’utilisation des fonds sera réalisée au bout d’un an.

L’opération a convaincu les acteurs de marchés, avec une demande qui a représenté quatre fois le montant offert. « Outre les grands gérants habituels, nous avons attiré de nouveaux investisseurs, témoigne Laurent Martel. Notamment des Nordiques, très sensibles aux questions environnementales. » Les titres, d’une maturité de 12 ans, affichent un rendement de 0,84 %. Un coût jugé tout à fait satisfaisant par RTE.



Source link

Autres articles

La valorisation du Robinhood allemand, Trade Republic, dépasse désormais 5 milliards de dollars

administrateur

Crédit Mutuel Arkéa conforté par des résultats record au premier semestre

administrateur

Louis Dreyfus vend 45 % de ses parts au fonds souverain d’Abou Dhabi

administrateur

Les assureurs santé vont rembourser les consultations de psy

administrateur

Les producteurs d’huile de palme réduits à embaucher des prisonniers et des toxicomanes

administrateur

WhatsApp s’ouvre le marché colossal des paiements indiens

administrateur