Image default
Economie

Starbucks annonce des mesures pour ses employés en plein mouvement de syndicalisation


La chaîne de cafés prévoit notamment de porter le salaire minimum à 15 dollars de l’heure à partir du 1er août aux États-Unis.

Starbucks a annoncé mardi 3 mai une série de mesures à destination de ses employés, notamment des augmentations de salaires, alors que le groupe connaît un mouvement de syndicalisation, contre lequel le patron emblématique a livré un plaidoyer.

La chaîne de cafés a étoffé la palette de hausses de salaire qu’elle avait déjà annoncé précédemment et qui prévoit notamment que le salaire minimum soit porté à 15 dollars de l’heure au 1er août aux États-Unis. Ce relèvement plus ambitieux des rémunérations, couplé à un plan de transformation des succursales, va bénéficier d’une enveloppe supplémentaire de 200 millions de dollars, qui porte les dépenses dédiées en 2022 à un milliard de dollars. Ces annonces interviennent au moment où la compagnie de Seattle (État de Washington) fait face à un vent de syndicalisation inédit dans son histoire. Au total, depuis fin 2021, des salariés de 250 cafés de la chaîne ont initié la formation d’un syndicat, selon le Starbucks Workers United, qui fédère le mouvement. Quelque 47 antennes syndicales ont déjà été créées à l’issue d’élections.

Lors de la conférence téléphonique de présentation des résultats, le patron emblématique Howard Schultz, qui a repris les rênes début avril, a longuement expliqué pourquoi il était opposé à l’approche syndicale au sein de l’entreprise. «Ces jeunes gens ont des préoccupations valables», a déclaré le sexagénaire. «Ils voient ce mouvement naissant de syndicalisation comme une solution possible.» «Pour autant», a-t-il poursuivi, «nous avons une approche très différente et une vision beaucoup plus positive pour notre société, appuyée sur l’écoute, la communication et la collaboration.» «Nos valeurs ne sont pas et n’ont jamais été le résultat d’interférences provenant d’une entité extérieure» à l’entreprise, sous-entendant que l’aspiration syndicale n’avait pas été insufflée par des employés, mais par des personnes étrangères à la société.

Howard Schultz a indiqué que Starbucks prévoyait de mettre en place, en septembre, de nouvelles initiatives favorables aux salariés, comme la possibilité de donner un pourboire lors d’une commande en ligne ou un système de partages des revenus, dont il n’a pas précisé le fonctionnement. L’entrepreneur qui a déjà quitté deux fois le groupe, en 2000 et 2017, avant d’y revenir à chaque fois, a indiqué que ces nouvelles dispositions ne pourraient être appliquées que dans les cafés non syndiqués. Des changements ne peuvent, en effet, pas être appliqués de manière unilatérale lorsqu’existe un syndicat, avec lequel des négociations doivent être préalablement engagées. L’information, si elle ne faisait que rappeler les textes en vigueur, a pu sonner comme un argument de plus pour dissuader les employés de Starbucks de s’organiser collectivement. Howard Schultz, qui a fait part de son désir de quitter son poste au quatrième trimestre 2022, a néanmoins promis de «négocier de bonne foi» avec les syndicats.

Perturbations en Chine

Mardi, le géant américain du café à emporter a également publié ses résultats du premier trimestre 2022, avec un chiffre d’affaires de 7,6 milliards de dollars, conforme aux attentes et en hausse de 14% sur les trois premiers mois de l’année 2022, qui correspondent au deuxième trimestre de l’exercice comptable décalé du groupe. La forte augmentation de ses coûts, qu’il s’agisse des marchandises ou des salaires, a sensiblement érodé les marges, et le bénéfice net n’a progressé, lui, que de 2%, à 674 millions de dollars. Rapporté par action, indicateur le plus suivi par Wall Street, le chiffre est conforme aux prévisions des analystes.

Les ventes hors d’Amérique du Nord ont nettement ralenti de 8%, en grande partie sous l’effet d’une baisse de 23% en Chine à périmètre comparable, que Starbucks attribue en premier lieu aux confinements pour lutter contre la propagation du coronavirus. Quelque 16% des cafés du groupe sont implantés en Chine. Le groupe s’attend à des perturbations en Chine sur le deuxième trimestre 2022 et au-delà, ce qui l’a incité à ne pas publier de prévisions pour l’exercice en cours. Pour compenser, la chaîne a pu compter sur le dynamisme de l’Amérique du Nord, dont les ventes ont grimpé de 12%, également à périmètre comparable, grâce à des hausses de prix ainsi qu’à une meilleure fréquentation.

Néanmoins, la société a souffert d’une compression de ses marges du fait, pour partie, d’augmentations de salaires, en partie liées aux tensions que connaît le marché américain du travail. Elle entend accélérer son développement aux États-Unis, en particulier en ouvrant des points de vente «drive-in», où les clients sont servis dans leur véhicule.



Source link

Autres articles

«J’achète ici parce que je sais d’où viennent les produits»

administrateur

comment des boursicoteurs ont réussi à damer le pion aux barons de Wall Street

administrateur

Lufthansa supprime 10% de ses vols cet hiver

administrateur

Porté par les États-Unis, Publicis renoue avec la croissance au premier trimestre 2021

administrateur

Danone veut se «remettre dans la course» et annonce de nouveaux objectifs pour 2022

administrateur

un compromis sur les brevets des vaccins possible «dans les prochaines semaines», selon l’OMC

administrateur