Image default
Economie

Un mois après son lancement, l’hebdomadaire Franc-Tireur tire son premier bilan de ses ventes


L’hebdomadaire «d’info-opinion», édité par CMI France, a dépassé la barre des 12.000 abonnés et vend en moyenne 40.000 exemplaires en kiosque.

«Combattre l’obscurantisme et tous les extrêmes par la rationalité avec un manifeste hebdomadaire». Telle était l’ambition des directeurs de la rédaction de Franc-tireur, Christophe Barbier et Éric Decouty, au lancement du nouvel hebdo politique de huit pages le 17 novembre dernier. Quelques semaines plus tard, le magazine «d’info-opinion», édité par le groupe de presse Czech Media Invest (CMI) (Elle, Version Femina, Télé 7 jours ou Marianne), et vendu deux euros, a-t-il finalement réussi à rencontrer son public ? Dans les colonnes du Figaro , les deux hommes expliquaient vouloir toucher «la majorité silencieuse française, défenseuse des valeurs républicaines, qui ne se fait pas entendre dans l’espace médiatique saturé par les controverses».

Tiré à quelque 160.000 exemplaires, le premier numéro de Franc-tireur, consacré à une grande enquête sur «Les cathos intégristes de Zemmour» s’est vendu à 72.000 exemplaires. Les quatre numéros suivants, qui titraient respectivement pour leur couverture «L’Europe, sponsor des islamistes», «L’ultradroite, l’autre menace terroriste», «Le débarquement trumpiste» et «École, alerte au séparatisme», ont réalisé des ventes en kiosque autour de 40.000 exemplaires. «La vente chez les marchands de journaux est largement au-dessus des objectifs», s’est félicité CMI France dans son communiqué publié ce mercredi.

Plus de 12.000 abonnés print et digital

Dans un modèle économique où les titres de presse se tournent de plus en plus vers le numérique, Franc-Tireur a fait le pari de l’imprimé. «Nous voulions affirmer l’identité de notre magazine comme un manifeste. Le papier sert à afficher socialement et collectivement l’appartenance à la communauté Franc-tireur», expliquaient Christophe Barbier et Éric Decouty.

Côté abonnements, l’hebdomadaire «d’info-opinion» a dépassé début janvier la barre des 12.000 abonnés (print et digital). Suite à sa campagne de pré-abonnement lancé en octobre 2021, Franc-Tireur avait recruté plus de 4000 contributeurs.

Certains abonnements numériques offrent aux lecteurs la possibilité de participer à des conférences de rédaction et à des dîners avec les équipes. Sur le site en ligne, les internautes peuvent également retrouver des vidéos et des débats live pour associer les lecteurs à la vie du journal ou encore des podcasts.

«Nous sommes fiers de ces premiers résultats. Avec son format original et sa proposition rédactionnelle audacieuse, qui porte avec passion la voix de la raison pour lutter contre l’obscurantisme, Franc-Tireur a su combler une attente. Ses propos libres, francs, argumentés, nuancés et complexes convainquent chaque semaine de nouveaux lecteurs», a estimé Bertrand Gaillard de Saint-Germain, DGA de CMI France.

10.000 exemplaires par semaine pour atteindre l’équilibre

Sans publicité, Franc-Tireur est soutenu financièrement par le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, fondateur et dirigeant de CMI. Il a avancé environ 1 million d’euros pour ce projet. Auprès du Figaro, Christophe Barbier évaluait les coûts éditoriaux de Franc-tireur à moins de 10.000 euros par numéro, auxquels s’ajoutent les coûts d’impression et de distribution du magazine. «Il nous faut 10.000 exemplaires par semaine pour atteindre l’équilibre», estimait-il.

Franc-Tireur compte aujourd’hui une vingtaine de contributeurs. Des plumes bien connues du grand public, comme l’essayiste Caroline Fourest, conseillère éditoriale du magazine, le philosophe Raphaël Enthoven, qui signera chaque semaine un édito de une, les économistes Philippe Aghion, Olivier Babeau ou la juriste Rachel Khan, ou encore l’ancien leader de Force ouvrière Jean-Claude Mailly. Chaque semaine, des pigistes livrent également une double page d’enquête sur des sujets de société.



Source link

Autres articles

Donald Trump déclare la guerre aux réseaux sociaux

administrateur

Le RER Vélo, un projet colossal de 680 kilomètres de pistes cyclables en Île-de-France

administrateur

Yannick Jadot propose «un forfait mobilité durable jusqu’à 1000€/an obligatoire pour les entreprises»

administrateur

Quand l’architecture contribue à une recherche génétique plus efficace

administrateur

Quels sont les frais d’agence pour une location ?

administrateur

Clément Beaune déconseille de réserver des vacances en Espagne ou au Portugal

administrateur