Image default
Economie

Un rêve de château dans l’Oise, accessible pour moins de 60 euros


Ils aiment se décrire comme les mousquetaires du patrimoine. La start-up Dartagnans est un site de financement participatif qui œuvre pour le rayonnement et la préservation du patrimoine culturel. Après avoir misé, comme il se doit avec un nom pareil, sur des châteaux situés en Nouvelle-Aquitaine, dans le Sud-Ouest, la société s’intéresse désormais à un étrange château, situé dans l’Oise, à Boulogne-la-Grasse. Cette bâtisse a été voulue et créée à la fin du 19e siècle par un propriétaire belge, Charles de Boulogne, qui venait de s’offrir un titre de comte.

» LIRE AUSSI – Que va devenir le château des frères Bogdanoff?

Pou faire bonne mesure, le maître des lieux s’est fait construire cette demeure sur les vestiges du château de la famille de Lancry. Une construction haute en couleur, mêlant le profane et le sacré (saints, gargouilles, motifs romans…), l’ésotérisme et l’histoire, la pierre et le béton armé qui constitue la structure. En effet, il lui fallait construire vite et la légende prétend qu’il craignait particulièrement le feu depuis le décès de sa fiancée dans l’incendie du Bazar de la charité. «C’est un lieu féerique et fantasmagorique, en dehors des radars, explique Romain Delaume, cofondateur de Dartagnans. C’est un savant mélange entre la Mothe Chandeniers, le deuxième château que nous avons financé, et du palais du facteur Cheval. On ne sait pas si c’est très beau ou c’est très laid mais c’est un lieu hors normes.»

Une vue à 40 km depuis la tour

Et si les lieux ne peuvent se prévaloir d’aucun grand pedigree médiéval, ils ont eu leur rendez-vous avec l’histoire durant la Grande guerre. Avec sa haute tour qui culmine à 36 mètres, le château offre à l’époque une vue imprenable jusqu’à Amiens (à 40 km de là) et est réquisitionné par l’armée française. D’ailleurs, ce camp de stationnement recevra en 1915 la visite du Maréchal Joffre, du président Poincaré, et du roi des Belges Albert Ier, comme en atteste une plaque sur le monument. Et s’il se dit que la bâtisse n’était pas du goût du président de l’époque, Le Figaro s’était montré très enthousiaste quelques années auparavant dans un article paru en Une le 24 octobre 1908. En balayant d’un revers de mains les critiques, le journaliste estime même que ce château vaudrait à son village Boulogne-la-Grasse de s’écrire désormais Boulogne-la-Grâce.

Pour remettre en état ce château qui a bien souffert, la campagne de financement vise sur une collecte de 500.000 euros dans les jours qui viennent afin de l’acheter. Pour le moment, ce sont un peu plus de 200.000 euros qui ont été apportés par près de 1800 contributeurs issus de 37 pays. Si le projet atteint les 250.000 euros, le projet sera adopté et la campagne prolongée pour financer les nombreux travaux. Les paliers suivants doivent servir à acheter et à aménager le bois autour du château et les dépendances ainsi qu’à financer la mise en sécurité des hautes tours et un premier logement écoresponsable sur site.

Privatisation à tarif préférentiel

Pour participer à la collecte de fonds, les internautes peuvent s’offrir entre 1 et 500 parts à 59 euros pièce, ouvrant droit à des privilèges plus ou moins importants. Dès la première part, l’investisseur devient «co-châtelain» avec entrée gratuite à vie sur le site, droit de vote lors de l’assemblée générale annuelle et l’incontournable écusson brodé mais il peut aussi avoir droit à des nuits offertes sur place voire à un demi-tarif pour la privatisation des lieux.

Le but de cette organisation est d’impliquer les co-châtelains et de lancer des chantiers de bénévoles afin de faire revivre ces belles endormies. Dartagnans mise pour cette opération sur la proximité de Paris, à une heure, tandis que Lille n’est pas loin non plus. Une fois remis en état, le château devient le théâtre de multiples animations culturelles, touristiques, architecturales… Des hébergements sont également installés sur place pour permettre aux co-châtelains et aux touristes de loger sur place et depuis peu, la start-up mise également sur la création d’éco-lodge permettant de passer du temps sur le domaine des châteaux qu’elle gère.

Côté modèle économique, Dartagnans créé pour ses châteaux des SAS (société par actions simplifiées) où chaque titulaire détient des parts et n’est responsable financièrement qu’à hauteur du montant de ses parts (contrairement à la SCI où la solidarité entre membres peut coûter cher en cas de difficultés). Et au sein de cette SAS, si Dartagnans gère et anime le site, la société reste minoritaire avec seulement 30% des parts.



Source link

Autres articles

Les dix évènements économiques qu’il ne fallait pas rater en 2021

administrateur

des recours juridiques contre AstraZeneca sont possibles, menace le gouvernement

administrateur

Elle récupère son logement squatté… avec plus de 10.000 euros de travaux

administrateur

comment vous installer sans vous ruiner ?

administrateur

plusieurs chefs d’État et de gouvernement mis en cause pour évasion fiscale

administrateur

Les principales banques australiennes signalent des pannes de leurs services en ligne

administrateur