Image default
Economie

une 16e édition centrée sur «le monde d’après»


La communauté des entreprises étrangères de France tient mardi et mercredi son grand raout annuel à la Sorbonne.

«Construire, maintenant, un nouveau monde !» Tel est le mot d’ordre de la 16e édition des États de la France, le grand raout annuel de la communauté des entreprises étrangères de France, organisé mardi et mercredi. Une manière pour l’événement de regarder vers l’avant, après plus d’un an et demi d’une crise sanitaire qui a mis à mal l’économie mondiale.

«Les États de la France sont organisés au moment opportun», juge Caroline Gaye, directrice générale d’American Express France, qui fera partie des participants. «Alors que les perspectives s’améliorent, aussi bien du point de vue sanitaire qu’économique, l’événement nous donne l’opportunité de réfléchir ensemble sur des problématiques cruciales pour construire le monde de demain.»

Après une édition 2020 tenue en partie à distance, Covid oblige, les participants se retrouveront cette année, en physique, à la Sorbonne, à Paris. 30 dirigeants d’entreprises étrangères de France seront présents, parmi lesquels AstraZeneca, Siemens, Lenovo, American Express, Accenture, General Electric ou encore Pfizer, et 20 personnalités, responsables politiques, économistes et membres de la société civile. Plusieurs ministres prendront notamment la parole : Franck Riester (Commerce extérieur et Attractivité), Elisabeth Moreno (Égalité femmes-hommes), ainsi que Bruno Le Maire. Le ministre de l’Économie prononcera le discours de clôture de la première journée mardi.

Au menu de cet événement, des discours donc, mais également six tables rondes, dont les thèmes s’articuleront autour de deux échéances importantes pour la France en 2022 : la présidence française de l’Union européenne, qui démarre au mois de janvier, et l’élection présidentielle, en avril. Les intervenants débattront ainsi de l’attractivité et du leadership de la France, de l’équilibre entre souveraineté et projet européen, du «Green New Deal» ou encore de l’impact de certaines problématiques sociétales actuelles (inclusion, diversité, égalité des chances) sur la performance économique.

Remise des prix Choose France 2021

Plus largement, les États de la France sont aussi, pour la France, un outil idéal pour promouvoir son attractivité. Ils permettent de «mobiliser les ‘ambassadeurs’ en France des dirigeants des principales entreprises étrangères, afin que celles-ci fassent le choix de l’Hexagone pour y développer leur présence», expliquent ainsi les organisateurs. C’est notamment cet aspect de l’événement qui séduit Olivier Nataf, président d’AstraZeneca France. «Il se focalise sur l’attractivité, la compétitivité et l’investissement en France, soit des problématiques qui nous touchent», note le dirigeant, qui souligne que le groupe pharmaceutique suédo-britannique a annoncé un investissement de 500 millions de dollars en France l’an dernier.

Événement dans l’événement, les prix Choose France 2021 seront remis mardi au cours d’une grande cérémonie dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne. Créés en 2019 par Business France, ils récompensent les investisseurs étrangers qui «contribuent à l’attractivité internationale de la France et à son rayonnement économique». Le plan de relance post-Covid a été choisi comme thématique de cette 3e édition, avec trois prix centrés sur des priorités de France Relance («Transition écologique», «Compétitivité & Innovation» et «Cohésion & Solidarité»), auquel il faut ajouter un prix spécial «Contribution au plan de relance» et un autre spécial «Talent».



Source link

Autres articles

Donald Trump annonce poursuivre en justice Facebook, Twitter, Google et leurs dirigeants

administrateur

Pour se diversifier, des agriculteurs tracent des labyrinthes dans leur champ de maïs

administrateur

La SNCF veut lancer des trains hyper low-cost

administrateur

2020, cuvée exceptionnelle pour le marché du jeu vidéo en France

administrateur

Sanofi rachète Translate, spécialiste de l’ARN messager, pour 3,2 milliards de dollars

administrateur

Ultimes tractations au G7 sur l’impôt minimum mondial sur les bénéfices

administrateur