Image default
Economie

Une copropriété doit-elle être équipée d’un défibrillateur?


En France, 80.000 personnes sont victimes de crise cardiaque chaque année, selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Environ 12.000 décèdent un an après. Près de 75% de ces accidents ont lieu au domicile de la victime. L’utilisation d’un défibrillateur au cours des toutes premières minutes, accompagnée d’un massage cardiaque en attendant l’arrivée des secours, permet de multiplier les chances de survie par 10. Pourtant, contrairement au détecteur de fumée par exemple, le défibrillateur n’est pas obligatoire dans les immeubles d’habitation contrairement aux établissements (professionnels) recevant du public (ERP).

» LIRE AUSSI – Ne pas installer de détecteur de fumée peut vous coûter très cher

Pour en installer un, il faut mettre cette résolution à l’ordre du jour de l’assemblée générale et obtenir l’accord des copropriétaires selon la majorité simple (majorité des voix exprimées des copropriétaires présents ou représentés, NDLR). «Désormais, chaque année, l’installation d’un défibrillateur est proposée à l’assemblée générale dans les copropriétés que nous gérons», souligne Laurence Vesperini, directrice générale d’agence chez Foncia. «Nous en avons beaucoup parlé avant d’avoir un défibrillateur dans notre immeuble. Maintenant que nous en avons un, nous en parlons beaucoup moins. C’est acquis, c’est une forme de sécurité», témoigne Charles-Louis Hamelle, président du conseil syndical d’un immeuble d’une centaine de copropriétaires, à Boulogne-Billancourt (92).

Un particulier peut utiliser un défibrillateur

La filiale d’Emeria, qui envisage d’équiper toutes ses agences en défibrillateurs avant la fin de l’année, espère que les 70.000 copropriétés qu’elle gère, seront sensibles à l’importance d’être équipées pour éviter les arrêts cardiaques et sauver des vies. «Pour l’heure, il n’y a pas encore de vif intérêt, les gens peuvent estimer que ce sujet serait moins «important» qu’un incendie qui provoque aussi bien des dégâts matériels que physiques. Notre rôle de gestionnaire est justement de sensibiliser nos clients à cet enjeu au quotidien. Une extension de la loi, qui aujourd’hui ne concerne que les établissements recevant du public, serait probablement nécessaire», explique Cyprien Renaut, directeur copropriété chez Foncia.

Crédit Photo : Guillaume Errard / Le Figaro

En attendant qu’une loi rende obligatoire les défibrillateurs dans les copropriétés, depuis 2007, une loi autorise les particuliers à utiliser les défibrillateurs automatisés. «Le maniement est simple. C’est l’appareil qui décide tout car notre modèle est équipé d’une assistance vocale et visuelle. C’est impossible de mal faire. Il suffit de suivre les instructions» (voir la vidéo ci-dessous publiée en 2014), expliquent Hervé Du Jonchay et Louis Dorange, associés de Serenys, société créée en 2008, spécialisée dans la distribution de défibrillateurs. Encore ne faut-il pas être trop stressé par la situation.

» LIRE AUSSI – Faudra-t-il bientôt s’équiper de détecteur de monoxyde de carbone?

Si le voyant est vert, cela signifie que le défibrillateur est opérationnel. S’il est rouge, il y a un problème. Dans ce cas, une alarme se déclenche et prévient la copropriété qu’il faut contacter un technicien. S’il fonctionne, vous devez suivre l’assistance vocale qui vous explique le processus à suivre. «Pour le massage cardiaque, l’appareil est muni d’une assistance qui indique le rythme et l’intensité de celui-ci», précise Hervé Du Jonchay. «Le défibrillateur doit être installé dans un endroit visible et accessible à tous. L’idéal, c’est le hall d’entrée ou à proximité de l’ascenseur, dans les parties communes intérieures de la copropriété», conseille Louis Dorange.

La réticence des copropriétaires vient peut-être aussi du prix? Pour une location de 5 ans (renouvelable), comme le propose Serenys, comptez quelque 670 euros TTC. Un tarif qui comprend le matériel, l’installation, la maintenance et l’assurance contre les vols, vandalismes et incendies. À cela s’ajoutent 260 euros de formation par demi-journée (+60 euros de déplacement). Tous les ans, un technicien vient contrôler, gratuitement, l’état du défibrillateur et, si besoin changer les électrodes (qui durent 2 ans) et les piles.



Source link

Autres articles

Le nouveau calcul «en temps réel» des APL, premier pas vers une allocation sociale unique plafonnée et imposable ?

administrateur

Ces prêts à impact qui engagent les entreprises

administrateur

Nice et Lille, sœurs ennemies de l’immobilier?

administrateur

Adrien Taquet réfléchit à rendre obligatoire le congé paternité

administrateur

L’UFC Que-Choisir alerte sur le montant exorbitant des frais bancaires de succession

administrateur

de plus en plus d’aviseurs informent le fisc

administrateur