Image default
Economie

une expérimentation pour intégrer le titre de transport à une carte de crédit


Même si elle a donné une subvention à une start-up, la Région Ile-de-France table plus sur la dématérialisation via le téléphone portable.

Fusionner carte bancaire et titre de transport ? C’est l’objectif de la néobanque manager.one. La start-up a annoncé, dans un communiqué, avoir reçu une subvention de 210.000 euros de la part de la région et de BPI France pour démarrer une expérimentation à taille réelle «dans les prochains mois».

Cette banque en ligne pour les professionnels est partie d’une question simple : pourquoi alourdir son portefeuille de deux cartes, une pour les paiements et une pour les transports, alors qu’une seule pourrait suffire ? Elle s’est alors penchée sur la possibilité d’intégrer la puce Calypso, qui équipe les cartes Navigo en Île-de-France, à une carte bancaire classique.

Manager.one explique qu’il «serait trop cher de transformer les milliers de validateurs d’Île-de-France pour leur permettre de lire des cartes bancaires classiques». Contactée par Le Figaro, la start-up estime que de tels aménagements «coûteraient 500 millions d’euros et prendraient des années». Si cela est possible dans des villes moyennes comme Dijon, l’opération est en effet plus compliquée en région parisienne. Intégrer directement la puce de la carte Navigo, lisible par les bornes de validation déjà en place, à des cartes bancaires représenterait donc des économies considérables.

Île-de-France Mobilité ménage son enthousiasme

L’expérimentation ne concernera pour le moment «qu’une centaine d’employés d’entreprises d’Île-de-France» pour une durée maximum d’un an. Le public de l’innovation est uniquement professionnel. Les cartes bancaires proposées par manager.one, et qui seront équipées de la technologie, sont en effet à destination des entreprises et permettent par exemple aux salariés de gérer leurs notes de frais plus facilement. Pourtant, la néobanque ne cache pas son ambition de démocratiser l’usage de cette innovation sur l’ensemble du réseau d’ici quelques années, si Île-de-France Mobilité lui en donne les moyens.

L’autorité organisatrice des transports franciliens avance toutefois avec prudence et ne mise pas tout sur cette innovation, loin de là. «À notre échelle, c’est une petite expérimentation. Il s’agit uniquement de tester un potentiel» explique l’institution au Figaro, nuançant l’enthousiasme du communiqué publié par manager.one. «Quand on prend une décision pour la carte Navigo, on touche 5 millions de personnes, il faut donc prendre le temps de réfléchir» confie Île-de-France Mobilités, avant d’ajouter : «il n’est pas sûr que la carte bancaire soit le meilleur support pour un titre de transport car celle-ci a tendance à être dématérialisée sur nos smartphones».

L’autorité organisatrice des transports investit donc également dans la dématérialisation de la carte Navigo. Il est déjà possible de télécharger et de valider des titres de transport sur son téléphone Samsung. Le dispositif n’est toutefois pas encore compatible avec les Iphone. Les Franciliens peuvent également se tourner vers le passe Navigo Easy qui permet de rassembler tickets de métros, RER, forfaits journées et semaine sur un seul et même passe. Pour ce qui est de l’association carte bancaire/carte Navigo, il leur faudra encore attendre quelques années. Reste à savoir si d’autres banques pourraient également s’intéresser au projet.



Source link

Autres articles

Faudra-t-il partager plus de données avec Facebook pour utiliser WhatsApp ?

administrateur

les employeurs devront fixer un nombre minimal de jours

administrateur

«Vous pouvez acheter une Tesla en bitcoins»

administrateur

Les restaurants Quick vendus au fonds américain HIG Capital

administrateur

une bonne nouvelle pour les déficits des entreprises

administrateur

les commerces «non essentiels» sont à nouveau ouverts

administrateur