Image default
Economie

une nouvelle plainte déposée, la gamme «Bella Napoli» mise en cause


Contaminée par la bactérie E.coli et la shigella quelques jours après avoir consommé une pizza de cette gamme, une mère de famille de 34 ans porte plainte contre Buitoni. Le lien de causalité n’est, cependant, pas confirmé.

Après la gamme de pizzas surgelée Fraîch’Up, la gamme «Bella Napoli» de Buitoni va-t-elle également être ajoutée aux produits contaminés par la bactérie E.coli ? Une plainte a été déposée, en ce sens, ce mercredi, par une mère de famille de 34 ans, auprès de la gendarmerie de Perpignan contre Buitoni et Nestlé, propriétaire de la marque, pour « blessure involontaire ».

Le 27 mars, Christina a consommé une pizza surgelée de cette gamme. Deux jours plus tard, après l’apparition de symptômes tels que des vomissements et des douleurs abdominales, elle est hospitalisée. Son hospitalisation durera six jours. Des analyses médicales concluent qu’elle a été contaminée par la bactérie E.coli mais aussi la shigella. « Un mois plus tard, ma cliente est toujours extrêmement fatiguée », met en avant son avocat, Pierre Debuisson.

Le lien de causalité pas confirmé

Dans son compte rendu médical, il est écrit «elle n’a pas voyagé, pas de consommation de produits non cuits, consommation de pizza Buitoni dont certains lots ont été rappelés pour toxi-infection alimentaire à E.coli». Cependant, le lien de causalité n’est pas confirmé. « Le mari de ma cliente a contacté la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) qui a transféré sa demande à l’Agence Régionale de Santé mais il n’y a pas eu de réaction. Le principe de précaution est piétiné alors que ces pizzas sont toujours à la vente», revendique l’avocat. Contactés par Le Figaro sur l’ouverture d’une enquête, les deux organismes en charge de ce type d’investigation n’ont, pour le moment, pas souhaité répondre.

Maître Pierre Debuisson prévoit également d’envoyer, d’ici quelques jours, une plainte auprès du procureur de la République de Paris au nom et pour le compte de sa cliente. « Cela devrait avoir pour effet d’étendre le périmètre de l’enquête qui est déjà ouverte », explique Albane Lancrenon, avocate spécialisée en droit pénal des affaires au sein de De Gaulle Fleurance & Associés.

En effet, le 22 mars, une enquête pour «homicides involontaires», «tromperie» et «mise en danger de la vie d’autrui» a d’ores et déjà été ouverte au pôle Santé publique du parquet de Paris. Pour le moment, 50 cas confirmés de syndromes hémolytiques et urémiques (SHU) et d’infections aux bactéries E. coli producteurs de shiga-toxine (STEC) en lien avec la consommation de pizzas de la gamme «Fraîch’Up» de la marque Buitoni ont été identifiés par Santé Publique France. 48 enfants et 2 adultes ont été touchés. Un rappel massif de ces pizzas a été lancé mi-mars.


À VOIR AUSSI – Scandales Kinder et Buitoni: notre alimentation est-elle sûre ?



Source link

Autres articles

Apple dévoile son nouvel iPhone SE et le Mac Studio

administrateur

La croissance sera «au moins égale à 5%» en 2021, estime la Banque de France

administrateur

les salariés votent la reprise de la grève jusqu’à lundi matin

administrateur

Le secteur aérien face à une vague de licenciements aux États-Unis

administrateur

Faut-il décompter le temps de parole d’Éric Zemmour ? Le CSA a déjà répondu non

administrateur

la décision de L’Oréal est loin d’être isolée

administrateur