Image default
Economie

Washington annonce des droits de douane supplémentaires sur des produits français et allemands


Les États-Unis estiment qu’il s’agit d’une simple mesure de rééquilibrage, s’estimant lésés par le mode de calcul des taxes européennes.

Les États-Unis ont annoncé mercredi 30 décembre qu’ils allaient imposer des droits de douane supplémentaires sur des produits français et allemands, en représailles à ceux imposés par l’Union européenne, qu’ils jugent excessifs et injustes en raison du périmètre choisi pour les calculer.

Washington estime avoir été pénalisé par ce mode de calcul, reprochant à l’UE d’avoir prélevé un montant trop élevé de droits de douane sur des produits américains, selon un communiqué du représentant américain au Commerce (USTR). Ainsi, des pièces détachées aéronautiques, vins non pétillants et cognacs français et allemands seront, en mesure de rétorsion, ajoutés à la liste des produits taxés depuis 2019, dans le cadre du conflit sur les aides publiques versées à Airbus et Boeing.

L’UE a elle aussi été autorisée cette année par l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) à prélever des droits de douane supplémentaires sur des produits américains. Mais Washington estime avoir été pénalisé par le mode de calcul choisi, qui a, selon l’administration Trump, conduit à un montant trop élevé de droits de douane prélevés sur les produits nationaux. En cause, d’une part la période de référence, d’autre part, le périmètre géographique.

Cercle de représailles

Ainsi, «pour mettre en œuvre ses tarifs, l’UE a utilisé des données commerciales d’une période au cours de laquelle les volumes commerciaux avaient été considérablement réduits en raison des effets terribles sur l’économie mondiale du Covid-19», dénonce l’USTR. «Le résultat de ce choix a été que l’Europe a imposé des droits de douane sur beaucoup plus de produits que ce qui aurait été couvert si elle avait utilisé une période normale. Bien que les États-Unis aient expliqué à l’UE l’effet de distorsion de la période choisie, l’UE a refusé de modifier son approche», souligne encore le communiqué. Les États-Unis ont ainsi annoncé «changer leur période de référence pour s’aligner sur celle utilisée par l’Union européenne».

Par ailleurs, déplore Washington, «l’UE a fait un autre choix qui a injustement augmenté le montant» des droits de douane prélevés, en excluant de son calcul le Royaume-Uni, et estime que «l’UE doit prendre des mesures pour compenser cette injustice».

Les États-Unis infligent depuis 2019 des droits de douane punitifs sur des importations européennes comme le vin, le fromage et l’huile d’olive ou le whisky écossais, ainsi que des taxes de 15% sur les avions Airbus. Washington y avait été autorisé par l’OMC, jusqu’à 7,5 milliards de dollars. En représailles, l’UE applique depuis cette année des droits de douane supplémentaires sur 4 milliards de dollars d’importations en provenance des États-Unis. L’avionneur européen Airbus et son concurrent américain Boeing, et à travers eux l’Union européenne et les États-Unis, s’affrontent depuis octobre 2004 devant l’OMC sur les aides publiques versées aux deux groupes, jugées illégales de part et d’autre.



Source link

Autres articles

la France passe le cap des 10 millions d’abonnés

administrateur

Le PDG de Ryanair se réjouit du vide laissé par ses concurrents victimes de la crise sanitaire

administrateur

«On s’attend à une augmentation du chômage, on ne va pas se mentir», prévient Agnès Pannier-Runacher

administrateur

Comment choisir entre mandat simple et mandat exclusif ?

administrateur

en dix semaines, les ventes de masques ont atteint 175 millions d’euros

administrateur

Une chute abyssale du pétrole, une petite baisse des prix du gaz

administrateur