Image default
Famille / Enfants

Comment donner de l’argent de poche à ses enfants ?

Hormis la pièce de la petite souris, les enfants sont rarement confrontés à l’argent. Jusqu’au jour où ils reçoivent leurs premiers euros. A quel âge commencer ? Combien leur donner ? Faut-il lui apprendre à économiser ? Pour faire face à toutes ces questions, Touslesbudgets.com a interrogé Angélique Kosinski Cimelière, psychologue pour enfants et adolescents.

« Les enfants sont en dehors de la réalité financière, ils ne se rendent pas compte de la valeur de l’argent », explique Angélique Kosinski Cimelière, psychologue pour enfants et adolescents. C’est donc, pour les responsabiliser, comme l’affirment 54% des parents*, et leur apprendre à gérer un budget que les adultes versent de l’argent de poche à leurs enfants. Ils choisiront alors de le mettre de côté ou de le dépenser.

Les parents Français sont les deuxièmes plus généreux d’Europe, derrière l’Italie. Ils donnent en moyenne, 5 euros par semaine pour les 5 à 10 ans, 10 euros entre 10 et 15 ans et 20 euros pour les plus de 15 ans. Bien évaluer la somme à verser est important. « Chacun fait comme il veut, en général cela dépend de l’âge de l’enfant et de sa maturité ainsi que du niveau social de sa famille », détaille la psychologue. Elle recommande néanmoins de commencer à verser de l’argent de poche à partir de 9-10 ans. Avant, de 7 à 8 ans, « on peut donner la monnaie du pain par exemple, mais pas besoin d’être régulier. L’enfant mettra les pièces dans sa tirelire ou s’achètera des bonbons », détaille-t-elle. Et c’est au niveau du collège, lorsque l’enfant commence à avoir des besoins (sorties, cinéma…) qu’il faut instaurer une régularité, préconise-t-elle.

« Commencez par 5 euros par semaine »

Pour la spécialiste, mieux vaut démarrer bas : « On peut commencer par 5 euros par semaine et voir comment l’enfant parvient à les gérer. S’il demande plus et que c’est justifié on peut augmenter le montant ». Le principal étant, toujours, de bien expliquer à l’enfant pourquoi on lui donne cette somme et à quoi cela correspond.

Certains parents choisissent de déposer directement l’argent de poche sur le compte bancaire de leurs enfants, qui pourront l’utiliser plus tard. En France trois quart des moins de 10 ans possèdent un livret A. Près de la moitié des 11 ans et plus ont un livret jeune (49%) et un quart des plus de 15 ans possèdent une carte bancaire de retrait. Sur ce dernier point, Angélique Kosinski Cimelière considère que « cela doit dépendre du niveau de maturité de l’enfant, car l’argent n’est alors pas visible et se dépense plus facilement ».

« C’est en faisant des erreurs que l’on apprend »

En ce qui concerne le rôle des parents dans les choix de leurs enfants, la psychologue conseille : « Ils peuvent observer la façon dont l’argent est utilisé, mais ils ne doivent pas oublier que c’est en faisant des erreurs que l’on apprend ». Si néanmoins, les avis divergent sur les dépenses, il faut savoir être subtil. « Il vaudra mieux tenter de débriefer avec l’enfant, essayer de comprendre son achat et lui demander si c’était utile plutôt que d’entrer directement dans la critique », constate Angélique Kosinski Cimelière.

Et jusqu’à quand doit-on lui donner cet argent de poche ? Pour la psychologue, « à l’adolescence, on continuera à l’aider pour les indispensables et quelques extras de sortie. Mais sur les projets plus gros, comme partir en vacances à Barcelone avec ses copains, il devra participer avec un job d’été, cela le responsabilisera d’autant plus ». Encore une fois, à chaque famille revient la décision de donner ou non de l’argent de poche à ses enfants jusqu’à un certain âge. Globalement, les personnes reproduisent un modèle familial, 80% des parents qui versent de l’argent de poche, en recevaient eux aussi quand ils étaient petits*.

*Etude Ipsos pour ING du 23 septembre 2014, « Les enfants et l’argent de poche ».

Marine Couderette – Fotolia.com © jolopes

Autres articles

« L’aîné va reprendre son cartable de l’année dernière »

Irene

Stéphanie, habite avec son ex : « Nous n’avons pas eu le choix »

Irene

Laver son linge chez le voisin

Irene

Bébé plus fort que la crise ?

Irene

Vivre à la ferme : un bon plan logement pour les étudiants

Irene

La « ménagère de 50 ans » a bien évolué

Irene