Image default
Finance / Epargne / Fiscalité

Le coût des études influence-t-il les choix d’orientation ?

Touslesbudgets.com : Le coût de la formation est-il un critère de choix d’orientation ?

Emmanuel Vaillant : Oui et non. Le contexte aidant (le coût des inscriptions à l’université a augmenté cette année, selon les associations étudiantes, ndlr), le coût est évidemment un critère de choix, qui pousse à hésiter sur les filières payantes comme les écoles spécialisées et les écoles de commerce. Le coût, c’est aussi l’une des raisons du succès de l’alternance, qui offre la possibilité de suivre une formation qui devient gratuite, tout en étant rémunéré. C’est d’ailleurs l’un des critères qui revient fréquemment quand on interview des jeunes issus de ces formations. D’un autre coté, le choix d’orientation est un moment où la motivation est très forte et il est toujours possible de trouver une solution de financement -bourse, emprunt, etc.-. Avant de penser au coût, on regarde d’abord si le choix visé correspond à son parcours ou à ses envies.

TLB : Le système d’aides tel qu’il existe aujourd’hui est-il suffisant ?

E.V. : La principale aide pour les étudiants, ce sont les bourses sur critères sociaux, allouées par les Crous. Parmi les autres ressources, il y a les aides de droit commun, comme l’aide au logement pour le loyer ou le soutien des Régions. Quant aux écoles payantes, certaines ont des dispositifs de coûts de scolarité liés au revenu, ou font des prix pour les étudiants dans la difficulté. Il y a également la possibilité de bénéficier de prêts étudiants. Mais cela n’est pas encore rentré dans les mœurs, malgré les dispositifs proposés par le ministère de l’Éducation nationale pour bénéficier de bourses à taux zéro ou de la caution du ministère. Cela s’explique par le fait qu’en France, on estime que l’on peut bénéficier d’un enseignement gratuit. L’autre source de revenus, ce sont les jobs étudiants, qui permettent d’assurer le mois. A l’Étudiant, on est pour les jobs d’appoint, mais pas plus de 20 heures par semaine, car au-delà, cela nuit aux études.

TLB : Pourquoi proposer un outil de calcul du prix des formations sur votre site ?

E.V. : Parce qu’il est compliqué de donner des chiffres globaux sur le coût des formations. Cet outil permet donc, en intégrant tous les critères de choix, d’avoir une visibilité un peu plus précise. Le coût peut être extrêmement variable selon les études choisies, selon que l’on opte pour le privé ou le public, entre le 1er et le 2e cycle, selon la situation géographique de l’établissement aussi.

TLB : Y’a t-il, justement, un rapport entre le coût et la qualité de la formation ?

E.V. : Ce n’est, encore une fois, pas le seul critère. Au supermarché, vous ne prenez pas forcément ce qui est gratuit, car vous estimez que ça vaut le coup d’investir tout en espérant un retour sur cet investissement. C’est compliqué pour les parents, car beaucoup pensent encore que plus c’est cher, plus la formation a de la valeur. Or il en existe des gratuites de très bonne qualité. C’est à voir au cas par cas mais par exemple, avec un IUT, on peut intégrer une école de commerce en troisième année, en ayant économisé le coût des deux premières. Ensuite, ce n’est pas parce que vous payez cher que vous aurez, plus tard, un travail bien payé. Les écoles les plus reconnues sont les plus sélectives et il n’y a pas de lien entre sélectivité et coût. Prenez n’importe quel classement d’écoles de commerce et regardez les prix de la première et de la dernière, ce sont à peu près les mêmes -entre 6 000 et 8 000 euros-.

Propos recueillis par Benjamin Hay

© calvste – Fotolia.com

>> Lire :

– 681 euros mensuels pour un étudiant

– Enseignement privé : un choix payant ?

Autres articles

« Le Livret A perd tout intérêt »

Irene

L’assurance-vie luxembourgeoise : le meilleur moyen de protéger son patrimoine ?

Emmanuel

Investissement immobilier sans apport : est-ce possible ?

Emmanuel