Image default
Auto / Moto / Mécanique

Un embrayage automatisé pour booster les économies de carburant

Pas simple de marier conduite automobile et économies. Pour aider les automobilistes qui auraient du mal avec les réflexes de l’éco-conduite, les industriels rivalisent de technologie. Rencontre avec Franck Cazeneuve, directeur de l’innovation de Bosch France. Le groupe allemand vient d’annoncer la sortie prochaine de son système baptisé E-Clutch, un embrayage électrique censé « optimiser la consommation de carburant et faciliter la conduite ».

Touslesbudgets.com : En quoi consiste E-Clutch ?

Franck Cazeneuve : Il s’agit d’une automatisation de la boîte manuelle à prix peu élevé. Le système E-Clutch se déclenche à l’aide de capteurs sur le levier de vitesse, à partir du moment où le conducteur n’appuie ni sur le frein, ni sur l’accélérateur. Après une temporisation d’une à deux secondes, l’information est envoyée à E-Clutch d’ouvrir l’embrayage et là, le moteur se coupe. En ré-appuyant sur l’accélérateur ou le frein, le moteur redémarre. Il autorise en fait le Start and Stop (qui coupe le moteur à l’arrêt, ndlr) à couper le moteur quand le véhicule roule. Le conducteur n’est pas obligé d’appuyer sur la pédale d’embrayage pour passer le rapport, ce qui est plus simple pour des situations d’embouteillages récurrents. Il suffit d’installer un activateur sur l’embrayage. Dans ce cas, si vous avez devant vous une montée de 300 mètres avec au bout un feu rouge, vous n’avez qu’à laisser filer la voiture.

TLB : Quelle économie pour l’automobiliste ?

F.C. : La réduction de la consommation de carburant est au minimum de 10%. En sachant que les Français parcourent en moyenne 12 500 kilomètres par an, E-Clutch permettrait d’économiser 100 litres d’essence par an. Sur les quinze ans de la vie d’un véhicule, cela représente 1 500 litres de carburant environ, soit 150 euros par an au minimum. Ce qui n’est pas négligeable au niveau du budget. Quant au prix du dispositif, on peut imaginer qu’il sera vendu entre 500 et 1 000 euros, en fonction du volume produit. Avec l’économie générée, on pourrait se le repayer dans les deux ans. Avec l’éco-conduite, on récupère son investissement beaucoup plus rapidement qu’avec une conduite « classique ».

TLB : Quels sont les avantages d’une telle technologie ?

F.C. : Lors de nos essais, nous avons constaté que l’on peut rouler 30% du temps avec le moteur coupé. Avec E-Clutch, tout fonctionne dans le véhicule lorsque le moteur se coupe, il suffit de laisser filer la voiture. Cela entraîne aussi la disparition des frottement liés à l’activité du moteur. La roue-libre a donc deux avantages : aller beaucoup plus loin et réduire le bruit. Enfin sur le plan de la sécurité, ça ne change rien. Au contraire, vous restez en sécurité : la direction, la climatisation ou même la radio fonctionnent. Il s’agit d’un système évolué qui apporte tout le confort de conduite en plus des conserver toutes les fonctions. Le conducteur a juste à se consacrer à sa conduite. Même les assureurs qui ont testé le système se sont montrés très intéressés, dans la mesure où l’éco-conduite permet une conduite plus détendue, plus prudente, qui génère moins d’accidents.

TLB : Les automobilistes sont-ils réellement demandeurs de ce genre d’innovations ?

F.C. : Oui, de plus en plus de gens sont sensibilisés à l’éco-conduite. Il y a même des entreprises qui paient des stages à leurs salariés. La technologie E-Clutch devrait être commercialisée à l’horizon 2016. D’ici là, l’éco-conduite aura continué à se développer.

TLB : Peux t-on aller encore plus loin dans l’économie d’énergie d’un véhicule ?

F.C. : Rien qu’en coupant le moteur à l’arrêt, on gagne 3 à 4% de consommation (avec le Start and Stop, ndlr). E-Clutch, c’est déjà de l’éco-conduite optimisée, de l’anticipation sur la conduite. Mais on peut démultiplier ses gains. Quelqu’un qui est déjà dans la mentalité éco-conduite va tirer davantage que les 10% de bénéfices générés. Le système pourra équiper tout type de voitures. Sa disponibilité de série ou en option à dépendra des constructeurs.

Propos recueillis par Benjamin Hay

Capture d’écran Bosch.fr

>> Lire : Équipements: la technologie au service de la sécurité se démocratise

Autres articles

Revendre sa voiture électrique, un sacerdoce ?

Irene

Citroën, « au cœur de l’offre généraliste »

Irene

Ventes de pneus : Internet ne demande qu’à grandir

Irene

Dacia Duster : une roue de secours pour Renault

Irene

Six astuces pour louer une voiture moins cher

Irene

Acheter sa voiture en ligne via un mandataire : le bon plan ?

Irene